Meurtre dans un jardin indien, Vikas Swarup

par lilivre

meurtre-dans-un-jardin-indien

Meurtre dans un jardin indien de Vikas Swarup
Editions Belfond. 2010. 480 p.
(Roman policier)

Playboy millionnaire, l’ignoble Vivek « Vicky » Rai est tué lors de sa propre garden-party. Six convives sont suspectés : un bureaucrate possédé par l’esprit de Gandhi ; l’actrice la plus glamour de Bollywood, fan de Nietzsche ; un tout petit aborigène très doué pour l’effraction ; un gamin des rues voleur de portables au physique de jeune premier ; un Monsieur catastrophe texan sous protection judiciaire ; et le must du politicien corrompu, le propre père de la victime.

Des palaces de Dehli aux bidonvilles de Mehrauli, des repaires terroristes du Cachemire aux cabanes des îles Andaman, tous les chemins semblent mener au jardin du crime. Mais qui a tué Vicky ?

Pourquoi ce livre ? 

– La découverte de l’auteur de  Slumdog Millionaire ;
– L’Inde, un pays qui m’intrigue tout particulièrement ;
– La lecture d’un romain policier.

Ce que j’en ai pensé

L’originalité de ce roman vient de sa structure. Suite à la narration des circonstances du meurtre, les chapitres correspondent à une rétrospective de la vie de chaque suspect. Le meurtre semble alors être un prétexte pour découvrir plusieurs histoires qui se recoupent. Le mode narratif ainsi que le point de vue est différent selon les suspects : tantôt à la première personne, tantôt à la troisième ; le point de vue peut être interne ou externe. Le récit peut prendre plusieurs formes, comme par exemple un journal intime ou des appels téléphoniques, qui nous témoignent des caractères des suspects. Tout cela est très réussi et donne une certaine singularité à tous ces personnages.

Ce qui m’a le plus plus dans cet ouvrage est la manière que l’auteur a de dépeindre la société indienne. Les suspects sont tous très différents et vont chacun connaître un élément perturbateur qui va les mener à se retrouver sur les lieux du crime. Leur origine sociale et leurs motivations sont variées et permettent d’avoir une peinture sociale qui, au-delà de la caricature, semble réaliste. En effet, comme dans les autres pays émergents, les écarts de richesse de ce pays sont énormes et accentués par la proximité (notamment géographique) des différentes strates de la société. Tout cela est très bien décrit par l’auteur qui n’est autre qu’un diplomate indien. Dans ce roman, j’ai compris les motivations des personnages, même du plus détestable.

En ce qui concerne l’intrigue policière à proprement parlé, je n’ai pas été convaincue. Le dénouement est pour moi peu crédible et trop rapide. Mais cela semble être une bon prétexte pour dénoncer les travers de la société.

En résumé

Ce roman m’a beaucoup parlé et m’a fait voyager. Les thèmes abordés sont nombreux et dignes d’intérêt. Je retiendrai :  la recherche du bonheur (notamment l’amour), l’argent, le pouvoir (et/ou le pouvoir de l’argent), la corruption.

Publicités