Une mémoire d’éléphant, Agatha Christie

par lilivre

lp_198429

Une mémoire d’éléphant d’Agatha Christie Éditions Le Livre de Poche. 1972. 187 p. (Roman policier)

Jamais une querelle, pas une seule incartade… Les Ravenscroft filaient le parfait amour. Si on ajoutait à cela une excellente réputation et une situation financière confortable, on pouvait en déduire qu’ils étaient de ceux qui meurent dans leur lit. Et non d’une balle dans la peau. Double suicide, a conclu la police, sans trop y croire. Une fin singulière pour un couple uni et paisible… Mais qu’envisager d’autre ? Un double assassinat ? Un meurtre suivi de suicide ? Guère plus plausible. Alors ? Alors, Hercule Poirot a horreur des histoires inachevées. Et même si le début de celle-ci remonte très loin dans le passé, il en connaîtra le fin mot… Comme d’habitude.

Pourquoi ce livre ?

Les romans d’Agatha Christie sont une valeur sûre, ils me permettent de m’évader le temps d’un instant, de faire une pause agréable dans mes lectures plus lourdes car ces courts romans se lisent facilement et rapidement avec une qualité certaine au rendez-vous. Étant actuellement dans un long roman dans lequel j’ai des difficultés à avancer, je me suis octroyé une petite pause Agatha Christie avec Une mémoire d’éléphant.

Ce que j’en ai pensé

La dernière fois, je vous présentais Cinq petits cochons d’Agatha Christie qui a des similitudes avec le présent roman. Dans les deux cas, il s’agit d’un meurtre qui s’est déroulé dans le passé sur lequel mon détective préféré, Hercule Poirot, est amené à enquêter. On trouve d’ailleurs dans cet ouvrage plusieurs références aux Cinq petits cochons. Par cette transversalité entre les différentes histoires, l’auteur arrive à créer un réel univers autour de ses personnages nous permettant de nous y attacher.

Contrairement aux Cinq petits cochons, Une mémoire d’éléphant n’est pas répétitif car l’investigation ne se base pas sur la reconstitution du meurtre mais sur la recherche d’indices dans le passé des victimes afin de comprendre pourquoi le ou les meurtres ont pu avoir lieu. En revanche, encore une fois, la chasse aux souvenirs se basant sur des récits ne laisse pas beaucoup de place à l’action.

Pour une fois, je suis un peu déçue par les personnages, notamment les victimes qui manquent de relief. Cela s’explique de deux manières : les personnes interrogées ne semblent pas leur avoir été très proches et contrairement aux Cinq petits cochons, ce n’est pas la psychologie des personnages que l’on tente de comprendre mais on est à la recherche de faits passés expliquant le mobile du ou des meurtres.

Le ou les meurtres ainsi que leur mobile témoigne des qualités imaginatives de l’auteure, ce qui lui vaut à encore une fois mon admiration.

En résumé 

Sans surprise, un roman agréable et facile à lire. Néanmoins, les enquêtes qui reviennent sur des événements passés ne sont pas mes favorites et ce roman d’Agatha Christie fait partie de ceux qui m’ont le moins plu.

Publicités