Petit déjeuner chez Tiffany, Truman Capote

par lilivre

41EGTJK378L

Petit déjeuner chez Tiffany de Truman Capote
Éditions Folio, 1995, 188 p.
(Nouvelle contemporaine)

Le narrateur, qui demeure anonyme pendant l’essentiel du récit, se remémore en compagnie du barman Joe Bell de leur ancienne connaissance commune Holly Golightly, dont ils croient reconnaître la représentation en une statuette portée par un nègre d’Afrique, sur quelques photographies transmise par un certain M. Yunioshi.

Le narrateur, Holly et Yunioshi furent tous trois voisins, quelques années plus tôt. Holly Golightly est alors une call-girl qui dérange ses voisins à toute heure, par ses fêtes interminables, ou bien en rentrant au petit matin accompagnée de clients. Alors que le photographe japonais s’en plaint, le narrateur, jeune écrivain dont la carrière ne décolle pas, se lie d’amitié avec Holly qui l’appelle Fred, du nom de son frère qui, dit-elle, lui ressemble.

Pourquoi ce livre ?

Il y a des titres comme cela que dont on a entendu maintes fois parlé et que l’on garde dans un coin de sa tête avec l’espoir de le croiser un jour. Le hasard a enfin décidé de mettre ce livre sur mon chemin.

Ce que j’en ai pensé

Quel bon moment passé en compagnie de la belle plume de Truman Capote ! Grâce à cette écriture envoutante, cette nouvelle se lit très bien. J’ai adoré me plonger dans l’ambiance feutrée créée par l’auteur.

Il n’y a pas vraiment d’histoire, tout tourne autour du personnage d’Holly et de son caractère. Pour ma part, je l’ai trouvé charmante et agaçante mais loin d’être attachante. Ce qui m’a davantage intéressé est la vision d’Holly par le narrateur puisque c’est lui qui raconte merveilleusement les événements.

En résumé

Cette nouvelle ne m’a pas marqué au-delà de la plume de l’auteur. J’en ressors avec un sentiment bizarre : une lecture très agréable juste pour le bonheur qu’en procure le moment de lecture. Je découvre qu’une belle plume peut suffire à m’emporter…

Publicités