lilivres

Challenge Livra’deux pour Pal’Addict


challenge3

Ce challenge est organisé par Galleane sur Livraddict.

Le principe est le suivant : 

En binôme, chacun choisi dans la PAL de l’autre, trois livres :
* Qu’il a lu et aimerait faire découvrir à son partenaire
* Dont il aimerait avoir l’avis d’un ami
* Des titres qui vous interpellent pour leur résumé…
Sur ces trois livres, vous en choisissez un et dans un délai imparti, vous devez le lire et en faire un avis.

Ce challenge est l’occasion de voir ma PAL d’un oeil nouveau, car il s’agit de celui de mon binôme Belykhalil dont voici le billet. Me faire conseiller sur des ouvrages qui sont déjà en ma possession et que j’ai abandonnés à leur triste sort m’est d’une grande aide pour choisir mes lectures. Il m’a également été agréable de me plonger dans la PAL de mon binôme, qui je dois le dire, m’a bien inspirée.

J’ai sélectionné pour Belykhalil : 

couv52399389C’est malheureusement le seul livre de sa PAL que j’avais déjà lu. J’ai vu qu’elle lisait déjà un livre de Murakami actuellement, néanmoins, celui-ci est un de ses incontournables. C’est un livre que j’ai beaucoup apprécié par son univers surréaliste, son écriture simple ainsi que ses personnages dérangeants.

couv32915505Fahrenheit 451 est un de ces livres qui m’attendent depuis un moment dans ma PAL. Je sais que je souhaite le lire, je l’envisage même souvent, mais il reste indéfiniment à sa place sur l’étagère de ma bibliothèque en attendant le jour où mon humeur m’orientera vers lui. Avoir l’avis de Belykhalil pourrait donc m’aider à passer enfin ce cap.

couv15755111Je ne connais ni ce livre, ni son auteur. C’est le titre qui m’a tout d’abord attirée. Puis, le résumé m’a intriguée. Je pense que je pourrais être tentée par cette lecture, ce qui m’a poussée à choisir ce livre.

Belykhalil m’a sélectionné :

couv50317380

Mon genre de prédilection sont les classiques. Celui-ci se trouve dans ma PAL depuis une durée indéterminée et je suis ravie que Belykhalil l’ai choisi car j’avoue l’avoir quasiment oublié.

poster_190512

Ce livre m’a été offert. J’en ai beaucoup entendu parlé en bien mais pour le moment il ne m’attirait pas plus que ça. Ca a été l’occasion de me pencher plus sérieusement sur la question.

9782020238113

J’ai hâte de lire ce livre ! Il est dans ma PAL depuis peu et il n’est même pas passé par la case bibliothèque puisqu’il m’attend sagement sur ma table de nuit. Néanmoins, son épaisseur ainsi que la longueur des descriptions dont on m’a parlé a retardé le moment de sa lecture.

Verdict :

J’ai choisi Le grand Meaulnes tout simplement car l’explication du choix par mon binôme m’a convaincue. Voici ce qu’elle en dit : « Je l’ai lu il y a 2 ans et cela a été une superbe découverte. J’ai bien aimé son côté mystérieux, presque irréel et l’émotion qu’il suscite« .

Chroniques de l’oiseau à ressort, Haruki Murakami

9782714453204

Chroniques de l’oiseau à ressort de Haruki Murakami
Editions Belfond. 2012. 833 p.
(Fantasy)

Un chat égaré, une inconnue jouant de ses charmes au téléphone, des événements anodins suffisent à faire basculer la vie d’un jeune chômeur, Toru Okada, dans un tourbillon d’aventures. L’espace limité de son quotidien devient le théâtre d’une quête sans cesse renouvelée où rêves, réminiscences et réalités se confondent. Aucune frontière, physique ou symbolique, ne résiste à l’effervescence des questionnements qui s’enchaînent au rythme de rencontres déroutantes, chacune porteuse d’un secret, d’une fragilité propre. Haruki Murakami (La Course au mouton sauvage, La Ballade de l’impossible) tente de nous donner à voir la part d’ombre des choses et des êtres. Replaçant la méditation bouddhique dans la violence contemporaine du japon ou d’ailleurs, il se propose d’explorer nos ténèbres intérieures. Sans se départir d’un humour où perce la détresse, il emmène le lecteur dans un monde fantastique où, toujours plus fuyante, la réalité n’en devient que plus envoûtante.

Pourquoi ce livre ?

Haruki Murakami est un auteur qui me permet de m’évader. C’est en suivant un conseil que je me suis plongée dans ce livre à titre énigmatique.

Ce que j’en ai pensé

Selon les passages, mon expérience de lecture a été différente. Tantôt je dévorais 200 pages, tantôt je peinais à en lire 20. Ici, l’action prend le temps de se dérouler et elle se joue quasiment dans un lieu unique. C’est ce qui m’a plu mais également ce qui m’a déplu. Pour moi, certaines parties sont de trop et peu utiles à l’intrigue déjà lente. Néanmoins, il est presque nécessaire que cette histoire se déroule à son rythme pour que le lecteur s’imprègne petit à petit de cette ambiance particulière.

La singularité des personnages m’a frappée, c’est une constante chez Murakami. Il semble qu’ils se mettent dans des situations extrêmes, non pour connaître une certaine forme de bonheur mais pour laisser au destin la possibilité de s’exécuter. Le rôle du destin est pour moi prépondérant dans cet ouvrage, comme si le personnage principal se faisait guider par une force invisible, le poussant à dépasser toute logique. La logique est d’ailleurs une idée qu’il faut abandonner en commençant un livre comme Chronique d’un oiseau à ressort. Ce que je recherche dans un livre n’est pas de m’identifier complètement à un personnage au travers de ses actions mais bien de voir la diversité de réactions qui existent face à l’adversité. Cela peut décontenancer mais permet également d’augmenter la vision des possibles. Rien que pour cela, cet ouvrage est intéressant.

En résumé

C’est une bonne lecture même si malheureusement, j’ai trouvé certains passages difficiles et finalement, certaines constantes des ouvrages de Murakami commencent à me lasser alors que cela m’enchantait auparavant.

Une mémoire d’éléphant, Agatha Christie

lp_198429

Une mémoire d’éléphant d’Agatha Christie Éditions Le Livre de Poche. 1972. 187 p. (Roman policier)

Jamais une querelle, pas une seule incartade… Les Ravenscroft filaient le parfait amour. Si on ajoutait à cela une excellente réputation et une situation financière confortable, on pouvait en déduire qu’ils étaient de ceux qui meurent dans leur lit. Et non d’une balle dans la peau. Double suicide, a conclu la police, sans trop y croire. Une fin singulière pour un couple uni et paisible… Mais qu’envisager d’autre ? Un double assassinat ? Un meurtre suivi de suicide ? Guère plus plausible. Alors ? Alors, Hercule Poirot a horreur des histoires inachevées. Et même si le début de celle-ci remonte très loin dans le passé, il en connaîtra le fin mot… Comme d’habitude.

Pourquoi ce livre ?

Les romans d’Agatha Christie sont une valeur sûre, ils me permettent de m’évader le temps d’un instant, de faire une pause agréable dans mes lectures plus lourdes car ces courts romans se lisent facilement et rapidement avec une qualité certaine au rendez-vous. Étant actuellement dans un long roman dans lequel j’ai des difficultés à avancer, je me suis octroyé une petite pause Agatha Christie avec Une mémoire d’éléphant.

Ce que j’en ai pensé

La dernière fois, je vous présentais Cinq petits cochons d’Agatha Christie qui a des similitudes avec le présent roman. Dans les deux cas, il s’agit d’un meurtre qui s’est déroulé dans le passé sur lequel mon détective préféré, Hercule Poirot, est amené à enquêter. On trouve d’ailleurs dans cet ouvrage plusieurs références aux Cinq petits cochons. Par cette transversalité entre les différentes histoires, l’auteur arrive à créer un réel univers autour de ses personnages nous permettant de nous y attacher.

Contrairement aux Cinq petits cochons, Une mémoire d’éléphant n’est pas répétitif car l’investigation ne se base pas sur la reconstitution du meurtre mais sur la recherche d’indices dans le passé des victimes afin de comprendre pourquoi le ou les meurtres ont pu avoir lieu. En revanche, encore une fois, la chasse aux souvenirs se basant sur des récits ne laisse pas beaucoup de place à l’action.

Pour une fois, je suis un peu déçue par les personnages, notamment les victimes qui manquent de relief. Cela s’explique de deux manières : les personnes interrogées ne semblent pas leur avoir été très proches et contrairement aux Cinq petits cochons, ce n’est pas la psychologie des personnages que l’on tente de comprendre mais on est à la recherche de faits passés expliquant le mobile du ou des meurtres.

Le ou les meurtres ainsi que leur mobile témoigne des qualités imaginatives de l’auteure, ce qui lui vaut à encore une fois mon admiration.

En résumé 

Sans surprise, un roman agréable et facile à lire. Néanmoins, les enquêtes qui reviennent sur des événements passés ne sont pas mes favorites et ce roman d’Agatha Christie fait partie de ceux qui m’ont le moins plu.

Revanche, Cat Clarke

9782221136447

Revanche de Cat Clarke,
Éditions Robert Laffont (R). 2013. 491 p.
(Young adulte)

Kai et Jem sont inséparables. Jem aime secrètement son meilleur ami, qui serait l’homme idéal s’il ne préférait les garçons… À la fin d’une soirée d’ivresse chez des amis communs, Jem rentre seule chez elle, Kai demeurant étonnamment introuvable. C’est le lendemain que tout bascule : la jeune fille reçoit un email de la part de ce dernier, avec en pièce jointe une vidéo de lui en compagnie d’un garçon qu’il a trouvé postée sur Internet. Cette vidéo plus que compromettante est très vite partagée par tout le lycée et Kai reçoit une salve d’e-mails agressifs qu’il ne peut bientôt plus supporter. Lui qui n’avait pas encore fait son coming out finit par craquer et se suicide… À la suite de ce drame, Jem prend trois résolutions : découvrir la vérité, venger son ami et se suicider elle aussi. Alors qu’elle mène sa petite enquête, elle reçoit un jour une lettre anonyme contenant trois noms : ceux des responsables. Sans hésitation, Jem abandonne son look gothique et décide d’approcher ces garçons. Mais sont-ils réellement les coupables ?

Pourquoi ce livre ?

Je dois commencer par dire que ce n’est pas du tout le genre de roman que je lis habituellement. C’est un énorme concours de circonstances qui a fait que je me suis retrouvé à le lire. Prenez une demoiselle qui a oublié ses livres chez elle, un passage chez une amie, un livre dont on parle beaucoup, un peu de curiosité… Et me voilà en train de lire Revanche.

Ce que j’en ai pensé

Je suis assez mitigée sur ce livre car si sa lecture ne m’a pas procurée des myriades d’émotions, une semaine après, il me reste encore en travers de la gorge.

L’écriture de Cat Clarke est très fluide et ce livre se lit facilement. Je l’ai donc lu très rapidement car il faut l’avouer, cette histoire est prenante. L’auteure instaure un suspense qui dure tout au long de l’histoire. Même si j’ai deviné le fin mot de l’histoire, un suspense reste un suspense et l’on veut savoir si on est dans le vrai et comment l’auteure peut encore nous surprendre.

Ce sont les thèmes de la revanche et du suicide m’ont attirés. Je trouve que les deux thèmes sont traités de manière réaliste et c’est pour cela que ce livre est marquant. Le contexte permet de comprendre ce désir de revanche même si je ne le cautionne toujours pas. Pour parler du suicide, je reprendrais la citation de Victor Hugo : « Le suicide n’est pas une lâcheté comme le disent les prêcheurs qui exagèrent. Ce n’est pas non plus un acte de courage. C’est une lutte entre deux craintes. Il y a suicide quand la crainte de la vie l’emporte sur la crainte de la mort« . C’est donc la « crainte de la vie » que je tente de comprendre. Est-ce que ce livre m’a donné des pistes ? Je pense que la réponse est oui…

De manière contradictoire, l’environnement lycéen m’a un peu ennuyée, mais il a participé à l’impact que cet ouvrage a eu sur moi. Certains passages ne m’ont pas plu mais je je retiens davantage l’oeuvre en général ainsi que ses messages.

En résumé

Même si durant la lecture, je n’ai pas été particulièrement touchée, ce livre m’a hanté durant les jours suivants comme si je connaissais personnellement ses protagonistes. C’est là que l’auteure a fait une prouesse, elle a réussit à retranscrire une histoire qui nous parle, qui nous marque et qui suscite la réflexion.